Interview de la médiathèque de Sèvres

Fanny Ankri, bibliothécaire à la médiathèque de Sèvres, répond à nos questions.

Questions générales

Vous êtes abonnée à Storyplay’r depuis un an maintenant, quelles étaient les raisons pour vous abonner à ce moment là ?

Nous souhaitions mettre en place pour la première fois à la médiathèque de Sèvres des heures du conte numériques et j’avais entendu parler de Storyplay’r lorsque je travaillais dans une bibliothèque de la ville de Paris. Nous nous sommes abonnés à Storyplay’r pour nous lancer dans la programmation d’ateliers numériques réguliers (un mercredi sur deux). C’était un bon moyen de nous lancer dans des animations liées au numérique, ce qui était une nouveauté pour la médiathèque.

Quel premier bilan après un an d’utilisation ?

tambour-carquefouCela a dans l’ensemble bien marché, même si l’on s’est rendu compte qu’il fallait cibler en priorité des enfants sachant déjà un minimum lire. La lecture d’histoires sur grand écran par les bibliothécaires pour de très jeunes enfants fonctionne, mais en complémentarité avec le livre papier (les histoires de Mimi Cracra avec Storyplay’r fonctionnaient bien en heures du conte par exemple). Le plus de Storyplay’r reste quand même l’enregistrement des voix des enfants qui donne un aspect ludique à la lecture. Nous avons donc privilégié des ateliers Storyplay’r avec des enfants commençant à maîtriser la lecture.

La difficulté était aussi d’avoir un groupe d’enfants d’âge homogène pour que l’atelier fonctionne bien. Un atelier ouvert au tout public un mercredi sur deux posait cette difficulté : des enfants d’âges très variés venaient et c’était difficile de faire lire les histoires à des enfants ayant des niveaux de lecture très différents. L’une des solutions a été l’invention d’une histoire à partir d’un kamishibaï, mais les enfants plus jeunes étaient souvent très timides pour parler à haute voix !

Accueillir des centres de loisirs de fin de primaire était donc une bonne solution car l’on pouvait connaître l’âge des enfants avant l’atelier et l’anticiper.

On a donc orienté nos ateliers vers un public de 8-11 ans et accueilli des centres de loisirs de primaire. Le fait de pouvoir faire lire aux enfants les histoires tout en enregistrant leur voix fonctionne bien avec un public de CE2/CM1/CM2.

Que pensez-vous du catalogue de Storyplay’r ?

Le catalogue de Storyplay’r s’est enrichi, mais on souhaiterait parfois trouver davantage d’albums présents dans notre bibliothèque.

UTILISATION SUR PLACE

Vous avez pris un abonnement pour une utilisation de Storyplay’r sur place, dans votre bibliothèque, pouvez-vous nous raconter dans quelles conditions vous l’utilisez ?

Nous utilisons Storyplay’r lors d’ « heures du conte numériques », un mercredi sur deux, souvent avec un groupe d’enfants d’un centre de loisirs, comme dit précédemment. Dans notre salle d’animation, nous projetons les histoires sur notre rétroprojecteur et proposons aux enfants de venir un par un sur l’estrade où l’ordinateur est en place pour lire une page de l’histoire, tout en enregistrant leur voix. Parfois, nous faisons enregistrer la voix des enfants à partir de nos tablettes, par petits groupes.

Avez-vous organisé des ateliers pour les enfants avec Storyplay’r ? Si oui, en quoi consistaient-ils ?

Ateliers autour de kamishibaï (invention d’une histoire à partir de La soupe des trois ours), lecture de L’alphabet fou de plus en plus vite…

Capture d’écran 2016-10-03 à 10.31.02

Certaines classes utilisent Storyplay’r avec un projecteur pour raconter des histoires aux enfants en projetant les illustrations sur grand écran, seriez-vous intéressée par une telle utilisation ?

Nous l’avons fait cette année occasionnellement lors d’accueils de classe à la bibliothèque.

 

ENREGISTREMENTS ET NARRATIONS

Capture d’écran 2016-10-03 à 10.29.05

Avez-vous enregistré des narrations sur Storyplay’r ?

Oui.

Si oui, dans quel but ?

Oui, dans un but à la fois ludique et pédagogique, pour l’amélioration de la lecture pour les enfants.

Que pensez-vous de la fonctionnalité de partage de narrations ?

C’est une bonne chose, car souvent les animateurs et enseignants souhaitent pouvoir réutiliser cet enregistrement dans leur établissement ou le faire réécouter aux enfants.

Seriez-vous intéressée par le partage de narrations entre médiathèques ?

Pourquoi pas, mais je ne vois pas quel intérêt cela aurait. En tout cas pour la médiathèque de Sèvres, qui ne travaille pas en réseau avec d’autres bibliothèques.

Quelles nouvelles fonctionnalités souhaiteriez-vous voir développées dans Storyplay’r ?

La musique. Un accompagnement musical lors de la lecture d’histoires Storyplay’r, ou des idées d’ateliers mêlant la lecture numérique et la musique. Pourquoi pas aussi des jeux sur tablette…

Capture d’écran 2016-10-03 à 10.32.47